Trottinette électrique Xiaomi M365 : test et avis

Je l’ai vue apparaître dans mon entourage et sur la sphère technophile, notamment sous l’angle de la commande via Gearbest, avec curiosité : une trottinette, ça fait toujours un peu enfantin pour un adulte. Pourtant, avec la trottinette Xiaomi M365, c’est d’un véritable véhicule en mobilité urbaine dont on doit parler.

L’arrivée de boutiques Xiaomi en France et de la commercialisation dans les enseignes de grande distribution françaises nous permet désormais de bénéficier du cadre légal qui va bien pour le service après-vente de ce type de produits (2 ans de garantie) et de s’affranchir des frais et de certaines contraintes d’une livraison internationale.

Continuer la lecture de « Trottinette électrique Xiaomi M365 : test et avis »

Une réflexion sur les applications tierces et services natifs des smartphones

macbook-ipad-applications

Depuis quelques temps, je navigue d’un océan à l’autre : celui des applications tierces, et celui des applications natives. Ce mouvement survient dans l’univers iOS comme dans l’univers Android, et même sur Mac, je me pose fréquemment la question, sans parvenir à faire un choix durable.

Si, sur iOS, le système d’exploitation a longtemps rendu peu utilisable les applications tierces, l’ouverture de ces dernières années rend possible l’utilisation d’alternatives aux applications fournies sur le smartphone à la pomme. Aujourd’hui utiliser l’application Inbox sur iPhone n’est plus invraisemblable et utiliser un calendrier alternatif comme l’excellent (bientôt regretté) Sunrise, au calendrier de base.

Note : par comodité, j’utilise par la suite le terme d’applications natives pour désigner les applications qui sont « pré-installées » sur votre smartphone. Je sais que ce n’est pas ce que signifie originellement ce terme pour les afficionados aguerris en nouvelles technologies. Veuillez me pardonner !

Sur Android, les raisons étaient sensiblement différentes, l’ouverture étant cette fois évidemment bien plus grande (contrairement à l’iPhone1, on peut utiliser une autre application que l’application de base pour gérer les SMS), il s’agissait avant tout de combler des lacunes d’applications préinstallées assez importantes : les applications pour gérer les mails, les tâches, les notes, ou encore les SMS étaient assez peu ergonomiques et les applications tierces comblaient de grosses lacunes à ce niveau.

Depuis quelques temps, j’essaie de me faire un avis un tant soit peu définitif sur le sujet. Or, les évolutions sont permanentes : des applications tierces ne sont plus maintenues, et à l’inverse, les applications de base évoluent énormément, notamment parce qu’elles sont souvent les premières à intégrer des fonctionnalités avancées liées aux évolutions matérielles (je pense notamment à Force Touch sur le dernier iPhone qui permet de définir des actions différentes selon la force avec laquelle on appuie sur l’écran). Et puis, les équipes Android font un boulot du tonnerre pour proposer des mises à jour très pertinentes de leurs applications.

Du coup, un autre phénomène semble surfer sur ces évolutions, conjointement aux évolutions du système d’exploitation Android : une disparition lente mais progressive des différences entre les roms Android et les versions stock. Mon frère a ainsi largement « google-stockisé » son Samsung Galaxy S5. Il faut dire qu’entre Chrome, le launcher2, l’application Messages, et toutes les applications des services Google, on peut rapidement rapprocher l’interface de n’importe quel smartphone Android d’un Nexus (les smartphones de Google, sans surcouche logicielle, avec un Android stock3). Les constructeurs l’ont bien compris : ils pourront difficilement rivaliser avec le succès de l’interface « material design » et des applications Android stock.

Par-dessus cet état de fait, j’ai toujours voulu faire en sorte de choisir des services qui ne me permettraient pas d’être « verrouillé » à un écosystème. Je préférais utiliser Wunderlist (ou Todoist) à l’application native Rappels d’iOS, les contacts et les mails Gmail plutôt que les contacts iCloud, les photos Google plutôt que l’espace de photos iCloud, etc.

Mais bizarrement, depuis quelques semaines, j’ai fait le constat que les applications natives d’iOS me conviennent parfaitement : l’application de gestionnaire de listes (de tâches) Rappels est devenue assez aboutie. On peut tout de même déplorer l’intégration inexistante sur Apple Watch (bizarrement) : vous pourrez, pour combler les lacunes (par exemple, ne pas pouvoir « cocher » d’élément dans une de vos listes de Rappels depuis l’Apple Watch) utiliser l’application 1List (1,99 €). L’application Mail convient également bien, et n’a pas, à mon sens, de véritable valeur ajoutée avec Inbox ou Gmail. L’interface est peut-être un poil moins sexy…

Il reste un service qui, à mes yeux, nécessite indubitablement une application tierce, c’est Evernote. Vous connaissez désormais mon amour pour Evernote. Or, si l’on semble entrapercevoir un avenir peut-être nuageux pour Evernote (sale temps pour les licornes), les services proposés en natif n’égalent pas la cheville d’Evernote. Prenons le cas de Notes d’iOS, qui a bien évolué dans sa dernière mouture : celle-ci ne permet toutefois pas de totalement remplacer la puissance de l’application à la mémoire d’éléphant : reconnaissance de texte dans des photos, indexation avec des étiquettes, possibilité de créer des notes en envoyant des mails à une adresse secrète

Et vous ? Quelle philosophie retenez-vous pour vos applications sur votre smartphone ? Vous êtes plutôt applications « natives » ou applications tierces ? Pour quelles raisons ?