Netflix, Disney+, Apple TV+ : trop de services de streaming ?

Netflix, Disney+, Apple TV+ : trop de services de streaming ?

La discussion est fréquemment soulevée en ce moment. Plusieurs services de streaming (diffusion vidéo à la demande, sur abonnement) à même de concurrencer Netflix vont débarquer. La question brûle toutes les lèvres : comment va-t-on pouvoir tenir avec tous ces abonnements ?

C’est sûr, nous sommes hypés par tous les contenus qui sont préparés par ces grands groupes. Il faut les voir, ces images incroyables, ces histoires haletantes qui regorgent de cliffhangers (ou « points en suspens »)… Les bandes annonces nous font baver sur notre canapé ! Mais attendez, quand on prend un peu de recul, on se rend vite compte d’un problème… Allons-nous devoir nous abonner à tous ces nouveaux services ?

Vous l’avez compris, je ne pense pas du tout qu’il soit nécessaire de s’abonner à tout ce qui se présente à nous. Ça paraît trivial, mais pourtant, dans les conversations que l’on a sur le web, cela semble un fait établi : il faut vous abonner. Même si vous n’avez pas le temps de consulter déjà tous les contenus que vous avez à disposition ! Regardez un peu votre liste de contenus à regarder plus tard…

D’ailleurs, je ne peux que relayer ce que mon ami Mat a déjà dit dans son podcast perso :

On a appris récemment, comme le relayait Guillaume Poggispalla dans le dernier épisode de Tech Café, que Disney allait également diffuser ses séries exclusives épisode par épisode. Cela rompt avec ce à quoi Netflix nous avait habitués. Avec une diffusion hebdomadaire, impossible de pouvoir binge-watcher (ou faire un « visionnage boulimique ») tous les épisodes d’un coup. J’avoue, ça craint. Oui, la volonté est bien de vous forcer à vous abonner sur une longue période, pour éviter que l’on ne prenne « Disney+ juste un mois pour voir ce qui m’intéresse vraiment ».

Ça me fait très envie…

Je vais être honnête : j’ai très envie de m’abonner à ces services (Disney+ et la licence Star Wars en ligne de mire). Pourtant, quand on fait le calcul du coût annuel de ces abonnements, ça commence à chiffrer. Il faut aussi penser aux abonnements de stockage dans le cloud, les forfaits mobiles de la famille… Sans compter les trucs plus indispensables encore comme l’assurance habitation, même l’eau, le gaz et évidemment l’électricité… Certains cumulent aussi les abonnements pour leur domotique !

Retour en force du piratage ?

Dans ce contexte, une des réponses va être de mieux se dimensionner dans le piratage. Vous vous rappelez de cette époque où l’on faisait circuler des clés USB avec des saisons de séries (souvent avec des sous-titres pourris) ? J’ai moi-même vanté depuis longtemps les avantages de solutions comme Plex. Elles transforment votre bibliothèque de contenus piratés en un Netflix personnalisé !

OK, c’est une façon de pouvoir suivre tout ce dont on nous a donné envie mais franchement, ce n’est pas donné à tout le monde. Le temps passé à trouver le contenu en bonne qualité, avec les sous-titres, je n’ai plus envie de le dépenser. De même, la sécurité sur votre ordinateur en prend toujours un coup à consulter les sites qui pvous proposent les contenus illégalement. Peut-être est-ce dû à mon âge grandissant ? Je crois plutôt que cela est dû au plaisir ressenti par le fait de consulter du contenu de qualité avec le minimum d’effort !

Au fond, faut-il consommer ?

Le talent de ces plateformes consiste à nous donner envie de consommer. Une consommation que l’on n’aurait peut-être pas faite si le contenu avait mis à disposition avec une simple information. Le fait que les sites, les chaînes YouTube et les podcasts en parlent contribuent à générer du buzz !

Aussi, si vous vous posez la question relative au cumul des abonnements pour des services de streaming, n’est-ce pas le bon moment pour vous demander si vous ne consommez pas trop, au détriment d’autre activités plus épanouissantes ? On a déjà parlé dans Relife du plaisir généré par la production, plutôt que la consommation. Et si ce « problème » devenait pour vous l’opportunité de réorganiser votre temps ?

Image by StockSnap from Pixabay

écrit par
guillaume
Ça vous inspire ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

5 réactions
  • Je crois qu’il est plus sain d’accepter que l’on ne puisse pas « tout voir » et prendre le temps de faire des choix. La création de contenus et produits de divertissements s’est tellement accélérée qu’il est vain de vouloir tenir la cadence.
    Je pense que de plus en plus de consommateurs prennent ce pli et qu’il est permit de découvrir une œuvre ou un produit après « tout le monde ».
    L’effet induit par la nouveauté (avérée ou inventée), on s’en lasse au bout d’un moment; et ceux qui ne le comprennent pas devront apprendre à vivre avec beaucoup de frustration, ma foi.

    Et pour parler spécifiquement du budget engagé, je fais partie des personnes qui doivent veiller à limiter les dépenses, piraterie ne fait que commencer. :-)

  • Et pendant ce temps là, les chaines de tv ont la fabuleuse idée d’une coupure pub supplémentaire pendant les pubs. Pour revenir sur les plateformes de streaming, peut être que la nouvelle concurrence va tirer les productions vers le haut, et faire privilégier la qualité à la quantité, car là dessus aussi, il y a des choses à dire !

  • La boulimie du visionnage existait déjà avec le piratage chez certains ou tout simplement sur les chaînes traditionnelles pour le grand public ou parce que c’était plus accessible et plus intéressant à une certaine époque où c’était le principal canal pour l’offre audiovisuelle.

    Netflix s’est lancé dans un modèle économique où l’attention était le maître-mot, il y a avait peu de concurrence forte avant que Disney et Apple arrivent (HBO niche, Amazon grand, mais communiquant peu ?). Ce qui fait qu’ils ont pu rafler des parts de marché importantes en prenant des abonnés des chaines classiques pour les garder de plus en plus captifs/addicts à leur service. Je pense que l’on connait tous au moins une personne dans notre entourage qui suit avec attention la dernière série sortie. À mon avis c’est un effet de bord notable, qu’on retrouve aussi quand on est Prime sur Amazon, la dépendance forte caractérisée par la surconsommation.

    Je pense qu’au même titre que les fonctions sur téléphone pour limiter son temps, on arrivera un jour à rationaliser sa consommation sur ce genre d’abonnement, cela pourra se concrétiser pour certains consommateurs par choisir des abonnements moins fournis, mais de qualité ou proposant des épisodes semaine par semaine pour apprécier la progression d’une série un peu comme un rendez-vous qu’on attend plutôt que de se jeter dessus de façon parfois « compulsive » (pour moi c’est aussi en partie le charme du podcast). C’est à mettre en parallèle avec les autres abonnements médias (musique, jeux, etc.), qui supposent que si on veut picorer il faut allouer du temps, donc consommer moins, mais mieux (plus intelligemment).

    Je partage l’analyse donc, et je trouve que chaque offre de streaming de la façon dont c’est formulé arrivera à répondre à un public différent. Affaire à suivre…

  • Tu le dis toi-même : Moins d’écran ! Et puis si tu as raté telles ou telles séries, ça changera quoi à toi vie ? Privilégions les rapports humains, non ?

  • Je pense que ce n’est pas forcément incompatible, non ? Et note que ce n’est pas parce qu’on est abonné à plus de services que l’on doit tout regarder. On peut s’abonner a plus de services pour plus de diversité de contenus et pour autant en regarder moins, non ? 😉

Archives