Les smartphones deviennent-ils trop grands ?

Les smartphones deviennent-ils trop grands ?

Hier, Apple a annoncé l’iPhone 6 et l’iPhone 6 Plus ; ce dernier ayant comme particularité de proposer un format d’écran de 5,5″ (soit la même taille d’écran que le Galaxy Note 2 ou que le OnePlus One). Evidemment, exit les promesses qui visent à dire qu’il faut un smartphone pour lequel le pouce peut parcourir toute la surface de l’écran. D’ailleurs, Apple a été jusqu’à implémenter une fonctionnalité qui permet de « baisser » l’écran avec un double clic sur le bouton d’accueil (Samsung propose la même chose). Mais du coup, je vois plusieurs questions remonter du type « les smartphones deviennent-ils trop grands ? » ou « les tablettes de petit format n’ont-elles pas moins de sens ? ». Voici ma réponse.

Pour avoir troqué il y a peu mon Nexus 5 (5″) pour un OnePlus One (5,5″ donc, comme l’iPhone 6 Plus), je n’ai pas ressenti de véritable changement de format et d’usage. Au bout d’une journée, j’oubliais que j’avais changé de format. En fait, la vraie différence a résidé dans le fait que le OnePlus One a des boutons physiques (je déteste la recommandation de Google qui vise à intégrer les boutons dans une partie de l’écran : on perd de la surface utile). Notons d’ailleurs que le OnePlus One vous laisse le choix : boutons physiques ou intégrés à l’écran pour ceux qui aiment ça.

Un autre point que j’ai relevé relatif à la possible redondance d’une tablette petit format et d’un smartphone grand format. : je dispose à côté d’un iPad mini avec écran retina de 7,9″. Et vraiment, mon smartphone de 5,5″ ne remplace pas les usages que je peux avoir avec ma tablette. La tablette est toujours bien plus confortable qu’un smartphone pour naviguer, faire des opérations avec des images, ou encore, voir des films. Je ne vois pas de redondance dans les usages : mon smartphone m’accompagne toute la journée mais le soir, je le pose avant de le reprendre le lendemain matin, et je fais ma petite vie chez moi avec ma tablette.

Quelques exemples concrets :

  • Dans les transports, je ne me vois pas sortir ma tablette. L’écran est vraiment trop grand, je serais mal à l’aise à l’idée que les gens voient trop facilement ce que je fais dessus.
  • En extérieur, le smartphone reste le plus pratique pour prendre des photos. Je ne suis pas à l’aise à l’idée de prendre des photos avec une tablette, même une tablette de 7″ ou 8″.
  • Chez moi, je trouve l’écran du smartphone trop petit pour voir des films. De même, naviguer sur internet n’est pas la même expérience : les sites en responsive design vous le confirmeront en affichant des formats de sites optimisés pour mobile sur votre smartphone et un rendu correspondant à celui des ordinateurs personnels sur la tablette. Je préfère le plus possible les versions des sites classiques qui ont une mise en page plus naturelle pour moi.
  • Quand je ne lis pas avec ma liseuse, il m’arrive de lire sur mon iPad mini. Rarement sur mon smartphone (sauf en mobilité, en attendant dans la file d’attente de la boulangerie par exemple).

Ces exemples et cette habitude dans les usages au quotidien de mes appareils ne m’aident pas à adopter le terme de phablette qui laisse entendre que le produit répond aux deux usages. Pour moi, il y a une frontière entre 6″ et 7″ : en-dessous de 6″, c’est un usage de smartphone, et au-delà de 7″, un usage de tablette. Si un produit arrivait entre mes mains avec une taille d’écran située entre les deux formats, je serais, au quotidien, amené à lui attribuer nécessairement un des deux rôles.

En tout cas, je me ravis de voir tous ces nouveaux produits arriver.

écrit par
guillaume
Ça vous inspire ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives