Pocket : fonction de partage de collections d’articles

Vous le savez, j’adore Pocket. Pour rappel, c’est une application disponible sur pas mal d’appareils qui permet de sauvegarder des articles pour les lire plus tard, offline, avec une mise en forme très simplifiée. On gagne du temps à ne lire que les articles dont on a besoin, sans se couper de l’activité qu’on faisait avant de tomber sur un lien. Franchement, j’encourage n’importe qui à s’y mettre.

J’ai été contacté il y a peu par leurs équipes, qui sont décidément bourrées de bonnes idées, pour tester et donner mon avis sur une nouvelle fonctionnalité qu’ils prévoient de déployer : la publication de liste d’articles.

Je vous la fais courte : dans Pocket, une fois que vous avez rassemblé des articles avec un tag de votre choix, vous allez pouvoir proposer la publication de ce tag sur internet, et vos articles vont être listés sur une page comme par magie, avec un formatage à la Pocket, pour les partager sur internet. C’est tout con, mais c’est super efficace ! Du coup, j’ai collectionné quelques articles qui m’ont pas mal plu sur la zététique, les raisonnements fallacieux et ce qui tourne autour du scepticisme scientifique avec un tag « zététique ». Voilà ce que ça donne sur la page qui les diffuse publiquement sur Internet. C’est pas génial ? Vous pouvez évidemment partager cette page (les boutons de partage sont en bas de la page) ou les ajouter à votre compte Pocket.

Personnellement, j’adore ! Je leur ai remonté quelques suggestions (j’espère qu’ils les retiendront) ; en attendant, je mets en haut de mon site le lien vers cette collection d’articles, qui pourra donc s’enrichir automatiquement et à tout moment si je sauvegarde dans Pocket des articles avec ce tag.

J’en profite pour vous rappeler que vous pouvez, via Pocket, m’envoyer des articles qui seraient susceptibles de m’intéresser en les envoyant à l’adresse mail : pocket@guillaumevende.fr ; n’hésitez pas !

Tech Café : votre nouveau podcast

Vous avez été plusieurs à me donner votre avis sur l’avis de Tablette Café. Le changement a été appliqué : découvrez donc désormais Tech Café ! Sur le fond, pas beaucoup de changement. Reste qu’on a quand même changé le générique et ajusté la qualité du son (on l’espère). Je croise vraiment les doigts pour nos échanges avec Cédric, Pierre-Olivier et Guillaume vous intéressent et vous fassent sourire ! Evidemment vos avis sont précieux et je suis preneur de vos retours. Pour cela, le mieux, c’est sans doute d’aller déposer une note sur iTunes.

Bonne écoute !

L’iPhone : smartphone de pigeons ou produit de luxe ?

Un petit titre volontairement un brin provocateur, voilà ce qu’il fallait pour ma petite pensée du jour au sujet de l’iPhone 6. Celui-ci, annoncé il y a quelques jours, me permet de constater à nouveau le clivage qu’il occasionne.

Depuis quelques jours, la machine est relancée : le grand public peut, à mon sens, être classé en quelques grandes familles :

  • Les fans du produit (je ne crois plus, au passage, qu’il s’agisse encore forcément des fans de la marque) qui se demandent comment ils vont financer leur iPhone 6, quelle version ils vont prendre, etc.
  • Les haters. Allez, ouvrons cette case pour ne pas en faire un cliché : il s’agit soit de ceux qui sont choqués du prix, du fait de proposer un écran plus grand alors que les concurrents le faisaient avant, et de ceux qui vont avoir tendance à déconseiller à leurs proches l’achat d’un iPhone 6 et recommander à la place un téléphone Android.
  • Ceux qui s’en foutent. Une bonne partie de la population mondiale n’en a sans doute que faire et a d’autres préoccupations que de réfléchir à la question du meilleur smartphone. Reconnaissons-le si vous lisez cet article vous aurez tendance à vous retrouver dans les deux premières familles mais cette troisième famille va tous nous faire réfléchir.

Mais que peut-on objectivement en penser ? Comme répondre à chacune des ses familles de manière dépassionnée ?

Pour tenter d’y répondre, je voudrais citer un épisode de Scepticisme scientifique, le podcast de Jean-Michel Abrassart où est citée une étude sur les Stradivarius, ces instruments de légende, tant prisés des amoureux des violons. Il en ressort que, contrairement à ce que nombreuses personnes prétendent, les Stradivarius ne sont objectivement pas forcément les meilleurs violons au monde.  Ils sont, certes, très bons, mais leurs prix exorbitants ne sont pas justifiés par la qualité du son restitué. Il est intéressant de noter toutefois que les Stradivarius, de par leur légende, semblent influer sensiblement sur le soin apporté par un violoniste lorsqu’il joue avec ces instruments mythiques.

Vous l’aurez compris : je compare un peu les iPhone (et à plus forte raison les iPhone 6) aux autres smartphones comme je comparerais les Stradivarius aux autres violons :

  • Ce sont des appareils de grande qualité. Ils ne sont en aucun cas les meilleurs appareils mais on les achètera avec la confiance du gage de qualité de la marque ;
  • Leur prix est plus élevé que les appareils proposés par les autres constructeurs. On le sait, après l’annonce de chaque nouvel appareil, on apprend quelques semaines leur coût de fabrication, qui ne dépasse jamais le tiers du prix de vente. Pour autant, le prix peut aussi se justifier, au-delà des coûts de construction, par, notamment, les frais de fonctionnement de l’entreprise (marketing, publicité, distribution, service après-vente, etc.) ;
  • Ils valorisent leur propriétaire. Posséder un iPhone, c’est comme posséder un Stradivarius : on accède à une élite, une certaine exception. On peut alors considérer l’achat d’un iPhone à l’achat d’un produit de la concurrence (la même comparaison est possible avec l’Apple Watch et ses concurrentes) comme l’achat d’un produit de luxe.

Vraisemblablement, dans un secteur concurrentiel élevé (comme l’automobile ou le transport aérien), il peut être une excellente idée de proposer des produits haut de gamme. On le sait, le luxe souffre moins de la crise que les autres segments commerciaux et apporte aussi bien plus de marge. A noter d’ailleurs que c’était bien le positionnement d’Apple depuis toujours, que nous avons oublié pour plusieurs raisons :

  • L’iPad avait marqué les esprits avec un tarif inférieur à celui auquel s’attendait le grand public. Lors de son annonce par Steve Jobs, le 27 janvier 2010, tous les commentateurs soulignaient le tarif attractif, plus bas que ce que tout le monde avait imaginé. On s’était alors surpris à dire « Tiens, Apple fait des produits plutôt abordables« . L’erreur de départ était que l’on comparait l’iPad à un ordinateur, bien qu’il s’agissait d’un appareil différent, avec un coût de production bien inférieur.
  • De plus, avec la commercialisation des différents modèles d’iPhone, nous sommes tombés dans le piège des téléphones subventionnés. On ne se rend pas souvent compte du prix d’un téléphone car une partie de son prix est payée à travers le forfait que l’on rembourse tous les mois auprès d’un opérateur. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’achète toujours mes smartphones nus plutôt que par subvention, qui sont pour moi des crédits déguisés.
  • Dernier point : nous relevons d’autant mieux le prix élevé de l’iPhone 6 car il s’inscrit dans un marché ou le prix moyen des produits « haut de gamme » a fortement baissé (suivez mon regard : Nexus, OnePlus One, ou encore Moto X).

Mais au fond, Apple a toujours fait du haut de gamme, en le vendant cher. Apple a toujours fait du luxe. Doit-on pour autant critiquer le luxe ? Clairement, je ne le crois pas. Si certaines personnes peuvent se faire plaisir en achetant un iPhone, j’en suis ravi. Ce n’est pas plus idiot que d’acheter un Stradivarius, une Mercedes, un sac ou un bijou Hermès, des meubles Steiner, ou des vêtements de grande griffe. Ce capital plaisir est important, ne le nions pas, et il ne faudrait pas transformer une incompréhension sur ce type d’achat en une critique à charge du produit ou de ses consommateurs. Le filtre de réflexion ne me semblerait pas approprié.

De plus, et c’est un phénomène connu, payer un produit cher (volontairement, cela va de soi) quelles qu’en soient les raisons, amène souvent a justifier inconsciemment son acte d’achat. Quelques exemples : trouver que l’autonomie est meilleure sur un iPhone sur sur des produits concurrents équivalents sur le plan matériel et à usage égal, trouver que le même objectif que l’on retrouve sur d’autres appareils prend de meilleures photos sur l’iPhone, ou encore, que le produit va plus vite… Autant de biais cognitifs impossibles à vérifier dans le cadre des usages réels au quotidien, que ceux qui achètent un produit de luxe devraient malgré tout garder à l’esprit.

Pour terminer, je voudrais revenir sur une critique qu’émettent souvent les détracteurs de l’iPhone : celle qui vise à dire que les acheteurs sont des pigeons car ils achètent un produit avec des fonctionnalités dites « nouvelles » mais qui sont déjà présentes sur le marché depuis des mois, voire des années, chez la concurrence (taille de l’écran, NFC, claviers alternatifs, etc.). Ces détracteurs semblent découvrir le fait qu’en effet, Apple n’intègre des technologies que lorsqu’elles sont mûres pour être acceptées du plus grand nombre. C’est d’ailleurs l’illustration d’un des points que je mentionnais plus haut : on n’achète pas l’iPhone pour avoir le meilleur produit, mais pour avoir un produit pour lequel on n’a pas à se poser de question. En achetant un iPhone, on achète un produit de luxe, et on sait qu’on ne fait pas un mauvais choix en matière de smartphone. Sauf peut-être pour ce qui est d’un budget d’une famille qui n’a pas forcément des ressources financières qui le permettent…

En conclusion, je voudrais donner mon sentiment personnel : l’iPhone est tentant, qui me donne envie mais pour beaucoup de choses dans ma vie, je donne de moins en moins de priorité à cette valeur que l’on peut assimiler au « plaisir des possessions ». Je tends, notamment depuis un an à purifier un peu mon quotidien, en cherchant de moins en moins à posséder, et de plus en plus à donner du sens, notamment dans mes usages de la tech. Aujourd’hui, mon OnePlus One et Android répondent beaucoup mieux à deux critères : d’une part mes besoins fonctionnels et d’une autre part, l’investissement que je souhaite ou peux y mettre.

J’espère que ce billet n’aura en aucun cas créé le moindre sentiment de troll. J’ai essayé de formaliser des pensées constructives. J’espère vivement que vous pourrez m’apporter vos remarques en commentaires de ce billet.

Doublez l’autonomie de votre Jawbone UP24

Vous avez un bracelet Jawbone UP24 ? Bonne nouvelle ! L’autonomie, actuellement de 7 jours environs, va passer à 14 jours. Pour ce faire, c’est très simple, il vous suffit de mettre à jour le firmware de votre bracelet. 

Pour rappel : à part sa fiabilité matérielle douteuse (bien que le remplacement ne fasse jamais soucis), le Jawbone UP24 est probablement le meilleur bracelet à ce jour permettant de suivre votre sommeil et vos pas. Le réveil pourra être réglé de manière à vous réveiller en phase de sommeil léger (bien pratique et ça fait une vraie différence) et l’application, au design particulièrement soigné, pourra même vous permettre de suivre votre alimentation.

Concrètement, il vous suffit d’aller télécharger le programme prévu à cet effet (pour Mac ou pour Windows), brancher votre UP24 à votre ordinateur avec l’adaptateur qui vous permet habituellement de le recharger et vous laisser guider dans la mise à jour.

Par contre, ça soulève deux hypothèses :

  • Soit les développeurs Jawbone sont devenus des dieux de l’optimisation
  • Soit ils sont totalement stupides de pas avoir implémenté les fonctionnalités auparavant !

Attention, ce n’est valable que pour les UP24 (ceux qui se synchronisent en bluetooth) et n’est pas possible pour les UP « traditionnels » qui nécessitent d’être branchés par la prise jack de votre smartphone pour la synchronisation.

Les smartphones deviennent-ils trop grands ?

Hier, Apple a annoncé l’iPhone 6 et l’iPhone 6 Plus ; ce dernier ayant comme particularité de proposer un format d’écran de 5,5″ (soit la même taille d’écran que le Galaxy Note 2 ou que le OnePlus One). Evidemment, exit les promesses qui visent à dire qu’il faut un smartphone pour lequel le pouce peut parcourir toute la surface de l’écran. D’ailleurs, Apple a été jusqu’à implémenter une fonctionnalité qui permet de « baisser » l’écran avec un double clic sur le bouton d’accueil (Samsung propose la même chose). Mais du coup, je vois plusieurs questions remonter du type « les smartphones deviennent-ils trop grands ? » ou « les tablettes de petit format n’ont-elles pas moins de sens ? ». Voici ma réponse.

Pour avoir troqué il y a peu mon Nexus 5 (5″) pour un OnePlus One (5,5″ donc, comme l’iPhone 6 Plus), je n’ai pas ressenti de véritable changement de format et d’usage. Au bout d’une journée, j’oubliais que j’avais changé de format. En fait, la vraie différence a résidé dans le fait que le OnePlus One a des boutons physiques (je déteste la recommandation de Google qui vise à intégrer les boutons dans une partie de l’écran : on perd de la surface utile). Notons d’ailleurs que le OnePlus One vous laisse le choix : boutons physiques ou intégrés à l’écran pour ceux qui aiment ça.

Un autre point que j’ai relevé relatif à la possible redondance d’une tablette petit format et d’un smartphone grand format. : je dispose à côté d’un iPad mini avec écran retina de 7,9″. Et vraiment, mon smartphone de 5,5″ ne remplace pas les usages que je peux avoir avec ma tablette. La tablette est toujours bien plus confortable qu’un smartphone pour naviguer, faire des opérations avec des images, ou encore, voir des films. Je ne vois pas de redondance dans les usages : mon smartphone m’accompagne toute la journée mais le soir, je le pose avant de le reprendre le lendemain matin, et je fais ma petite vie chez moi avec ma tablette.

Quelques exemples concrets :

  • Dans les transports, je ne me vois pas sortir ma tablette. L’écran est vraiment trop grand, je serais mal à l’aise à l’idée que les gens voient trop facilement ce que je fais dessus.
  • En extérieur, le smartphone reste le plus pratique pour prendre des photos. Je ne suis pas à l’aise à l’idée de prendre des photos avec une tablette, même une tablette de 7″ ou 8″.
  • Chez moi, je trouve l’écran du smartphone trop petit pour voir des films. De même, naviguer sur internet n’est pas la même expérience : les sites en responsive design vous le confirmeront en affichant des formats de sites optimisés pour mobile sur votre smartphone et un rendu correspondant à celui des ordinateurs personnels sur la tablette. Je préfère le plus possible les versions des sites classiques qui ont une mise en page plus naturelle pour moi.
  • Quand je ne lis pas avec ma liseuse, il m’arrive de lire sur mon iPad mini. Rarement sur mon smartphone (sauf en mobilité, en attendant dans la file d’attente de la boulangerie par exemple).

Ces exemples et cette habitude dans les usages au quotidien de mes appareils ne m’aident pas à adopter le terme de phablette qui laisse entendre que le produit répond aux deux usages. Pour moi, il y a une frontière entre 6″ et 7″ : en-dessous de 6″, c’est un usage de smartphone, et au-delà de 7″, un usage de tablette. Si un produit arrivait entre mes mains avec une taille d’écran située entre les deux formats, je serais, au quotidien, amené à lui attribuer nécessairement un des deux rôles.

En tout cas, je me ravis de voir tous ces nouveaux produits arriver.

Besoin de votre avis pour Tablette Café

Voici pas mal de temps que vous n’avez pas eu droit à un épisode de Tablette Café et, outre la pause estivale, il y a une raison qui freine un peu la reprise : j’ai mené durant tout l’été une réflexion pour voir dans quelle mesure ce podcast devrait évoluer. 

Comme vous le savez, ce podcast, lancé en partenariat avec tablette-tactile.net et avec la participation récurrente des équipes de ce site et de frandroid, traite de l’actu tech en général, en gardant comme ligne directrice de se poser la question des usages au quotidien. Initialement, nous voulions parler essentiellement de tablettes tactiles, pas seulement de l’iPad, et je pense qu’on a plutôt bien fait notre boulot, tout en essayant de capitaliser pour améliorer notre qualité de son parfois fluctuante.

L’actu des tablettes n’étant pas toujours propice pour être constamment relayée en audio, et le fait qu’elle permet de parler de plein d’autres sujets (de composants informatiques, de la mobilité, d’applications, etc.) nous a amenés à sortir de plus en plus de notre ligne éditoriale. Visiblement, les retours que nous avons eus sur le fond étaient plutôt positifs. J’en profite d’ailleurs pour remercier mes compères, fidèles depuis le début : Cédric, Guillaume et bien sûr l’inimitable Pierre-Olivier.

J’ai la conviction que le podcast a toujours une place et vous apporte toujours quelque chose mais je voulais avoir votre retour pour savoir si vous souhaitiez que l’aventure continue, et si oui, avec quelles éventuelles modifications ?

  • Faut-il changer de nom ? Personnellement, je suis plutôt de cet avis même si ça nous obligerait à perdre toute la visibilité SEO et dans l’iTunes store (et mêmes dans d’autres stores type celui de Pocket Cast) du podcast.
  • Si l’on change de nom, quel nom proposer ? Avez-vous des suggestions ? On peut garder la notion de « Café » qui fait passer un message relatif à la discussion entre potes, un échange informel où chacun fait part de son point de vue. Mais que retenir à la place de « Tablette » ?
  • Au-delà du nom, avez-vous des remarques à formuler sur le podcast en tant que tel ? Le format ? Le ton ? La fréquence ?

J’en profite pour souhaiter bonne chance à Patrick Beja dans son changement de vie (Patrick qui avait eu la gentillesse de participer à un episode sur le e-reading) ; je suis convaincu qu’il y a une place pour un podcast sur la tech qui puisse vivre aux côtés de LRDV. N’hésitez pas à réagir à ce sujet dans les commentaires.

 

Besoin de votre avis pour Tablette Café

Voici pas mal de temps que vous n’avez pas eu droit à un épisode de Tablette Café et, outre la pause estivale, il y a une raison qui freine un peu la reprise : j’ai mené durant tout l’été une réflexion pour voir dans quelle mesure ce podcast devrait évoluer. 

Comme vous le savez, ce podcast, lancé en partenariat avec tablette-tactile.net et avec la participation récurrente des équipes de ce site et de frandroid, traite de l’actu tech en général, en gardant comme ligne directrice de se poser la question des usages au quotidien. Initialement, nous voulions parler essentiellement de tablettes tactiles, pas seulement de l’iPad, et je pense qu’on a plutôt bien fait notre boulot, tout en essayant de capitaliser pour améliorer notre qualité de son parfois fluctuante.

L’actu des tablettes n’étant pas toujours propice pour être constamment relayée en audio, et le fait qu’elle permet de parler de plein d’autres sujets (de composants informatiques, de la mobilité, d’applications, etc.) nous a amenés à sortir de plus en plus de notre ligne éditoriale. Visiblement, les retours que nous avons eus sur le fond étaient plutôt positifs. J’en profite d’ailleurs pour remercier mes compères, fidèles depuis le début : Cédric, Guillaume et bien sûr l’inimitable Pierre-Olivier.

J’ai la conviction que le podcast a toujours une place et vous apporte toujours quelque chose mais je voulais avoir votre retour pour savoir si vous souhaitiez que l’aventure continue, et si oui, avec quelles éventuelles modifications ?

  • Faut-il changer de nom ? Personnellement, je suis plutôt de cet avis même si ça nous obligerait à perdre toute la visibilité SEO et dans l’iTunes store (et mêmes dans d’autres stores type celui de Pocket Cast) du podcast. Remarquons que l’on peut aussi
  • Si l’on change de nom, lequel retenir ? Avez-vous des suggestions ? On peut garder la notion de « Café » qui fait passer un message relatif à la discussion entre potes, un échange informel où chacun fait part de son point de vue. Mais que retenir à la place de « Tablette » ?
  • Au-delà du nom, avez-vous des remarques à formuler sur le podcast en tant que tel ? Le format ? Le ton ? La fréquence ?

J’en profite pour souhaiter bonne chance à Patrick Beja dans son changement de vie (Patrick qui avait eu la gentillesse de participer à un episode sur le e-reading) ; je suis convaincu qu’il y a une place pour un podcast sur la tech qui puisse vivre aux côtés de LRDV. N’hésitez pas à réagir à ce sujet dans les commentaires.